Vous êtes ici

Stratégie ciblée


Le territoire du Gal du Pays Gapençais


Le périmètre retenu pour cette candidature LEADER correspond à celui du Pays Gapençais, soit 71 communes.


  Collectivités du Pays Gapençais


Ce périmètre est cohérent avec celui du Schéma de cohérence territoriale (SCOT). Il s’articule également avec les lieux de Pôles d’excellence rurale (PER) présents sur le territoire (filière aire, filière bois, filières agricoles et agroalimentaires) mais également le Pôle territorial de coopération économique (PTCE) sur l’écoconstruction.


La candidature a associé cette fois encore le Parc National des Ecrins couvrant partiellement le territoire. La participation active des intercommunalités membres renforce la coopération interterritoriale. Par ailleurs, la mesure « coopération » concerne les axes de la stratégie territoriale et permettra notamment de compléter certains projets comme par exemple le PTCE écoconstruction, les relations villes-campagnes et littoral-massif sur des transfert-diffusion d’innovation (économie verte, circuits courts)


Diagnostic territorial et enjeux de développement local


Le diagnostic participatif a été réalisé selon une méthode ou démarche innovante de « diagnostic en marchant » mobilisant les acteurs sur le terrain par des parcours du territoire pour observer, échanger avec les porteurs de projets aidés ou à venir, et débattre ensemble des enjeux territoriaux. Un travail sur carte 3D, des scénarii de prospective mais également en forums et ateliers ont permis de coproduire la candidature.  La candidature repose donc sur l’intelligence collective d’une centaine d’acteurs publics et privés du territoire.


Le Pays Gapençais est un espace entre ville et nature, montagnes et vallées, un espace d’interface entre Alpes du nord et du sud, entre Rhône-Alpes et Provence- Alpes-Côte d’Azur mais également l’Italie. Le territoire est un secteur résidentiel attractif qui reste soumis aux anciens phénomènes d’exode rural qui marquent encore certains secteurs du Pays Gapençais. Ce territoire constitue un îlot d’attractivité entre les Alpes et la Provence mais présente des déséquilibres internes. Il affiche une surconcentration sur Gap (53% de la population et 70% des emplois) posant des problématiques d’équilibres territoriaux.


85% des flux financiers du territoire sont induits par l’économie présentielle. Le territoire regroupe 54% des emplois des Hautes Alpes et 64 des 100 premiers employeurs départementaux.  L’économie territoriale est ainsi dépendante des capacités de dépenses des ménages résidents et des flux touristiques


Plusieurs problématiques territoriales en découlent :


  • Pression foncière forte autour de Gap et nécessité d’une gestion de l’équilibre entre les différents usages actuels et futurs ; nouvelles mobilités durables dans un territoire peu dense et très polarisé.
  • Arrivée importante de retraités (40% des nouveaux arrivants) et offre d’une capacité d’accueil et de réponse aux besoins de cette population (service, logement, équipements) ; cohésion sociale et intergénérationnelle ; attractivité et maintien des jeunes ménages ; attractivité des entrepreneurs.
  • Capacité d’accueil du territoire (tourisme) et gestion des usages ; réappropriation locale du tourisme et maintien de valeur ajoutée sur le territoire.
  • Gestion durable des ressources naturelles et des impacts divers sur l’environnement et le paysage pour préserver un cadre de vie attractif, une économie touristique.
  • Résilience du territoire aux mutations climatiques, sociétales, économiques (transfert de connaissance et d’innovation ; insertion et réinsertion, formation, développement de savoir-faire ; transition énergétique ; double performance économique et écologique).
  • Cohésion territoriale et gouvernance public-privée favorisant l’intelligence collective.

Graines d'innovation, terres de projets


Notre stratégie "Graines d'innovation, terres de projet" s'inscrit principalement dans le 1er axe proposé par l'appel à manifestation d'intérêt, « promouvoir le développement économique par la valorisation des ressources locales». Il s’agira ici de favoriser un système productif et résidentiel entremêlant les bases économiques du territoire. La 2nde possibilité offerte qu’est « de renforcer l’attractivité des territoires ruraux par le maintien et le développement des services »  n’est pas retenue comme prioritaire par le territoire. Elle est toutefois objet d’un axe d’intervention dans la candidature, car complémentaire,  notamment en visant une innovation par une politique dite « des temps ».


La stratégie économique LEADER 2014-2020  repose donc fondamentalement sur la structuration d’interactions entre les bases économiques du territoire. Il s’agit :


  • de créer des richesses (économie productive) ;
  • de capter des richesses (économie résidentielle) ;
  • de faire circuler ces richesses dans le territoire en maximisant la dépense de ces  revenus localement (économie présentielle).

Le Gal du Pays Gapençais mise sur l’organisation d’un système d’interactions entre ses bases économiques et ses territoires pour son développement futur. La complémentarité entre territoires et économies est ici au cœur du système productif et résidentiel. C’est pourquoi la candidature LEADER s’effectue à l’échelle du Pays Gapençais, grand territoire de projet, en cohérence avec celle du schéma de cohérence territoriale (SCOT,) des PER et du PTCE.


4 axes stratégiques d’intervention permettront de structurer ce système productif et résidentiel :


                                               


 


Pour cela, le territoire a défini 7 fiches actions  :


  • Sur le marketing territorial (fiche n°1), l’ambition de définir une véritable stratégie et non pas uniquement le financement d’actes de promotion ou de marques éparses
  • Sur l’accessibilité et l’adaptation des services (fiche n°2),  l’ambition est d’améliorer la qualité de vie des usagers (résidents, entreprises) à la lumière de leurs besoins différenciés, selon leurs temps de vie, leurs pratiques
  • Sur les nouvelles filières (fiche n°3), l’ambition est de donner les moyens aux territoires de concourir au développement de filières liées au développement durable ainsi qu’innover en ce sens et développer des savoir-faire[p1] 
  • Sur les filières de valorisation des productions territoriales (fiche n°4), l’ambition est de mieux créer de la valeur économique locale dans un contexte de handicap naturel, de mieux relier les filières complémentaires du territoire
  • Sur la maîtrise d’usage touristique (fiche n°5), il s’agit ici d’organiser une véritable mise en tourisme du territoire, de préserver la capacité du territoire à être maître de la valeur économique créée, d’organiser les conditions d’une réappropriation par les habitants, d’assurer la distribution territoriale des richesses possibles
  • Sur l’ingénierie humaine et financière (fiche n°6), l’ambition est mieux valoriser les partenariats et compétences, le transfert-diffusion, l’usage des instruments financiers hors subvention
  • Sur la coopération (fiche n°7), l’ambition est de tisser des relations interterritoriales pour s’enrichir réciproquement sur les thématiques en lien avec les 4 axes de la candidature mais également pour favoriser des transferts de connaissance, et enfin pour atteindre sur certains sujets des tailles économiques assurant la viabilité.